HISTOIRE DE LA MARIONNIERE

SANS DOUTE UNE IMPORTANTE QUANTITÉ DE MARRONNIERS A-T-ELLE DONNÉ SON NOM À CETTE TERRE DANS UN TEMPS TRÈS ANCIEN.

              En 1664, François ROUXE , qui habite le bourg de Pont Saint Martin est propriétaire de la Marionnière.

Sa fille Marie, épouse René GUYTON : Ils font construire la Grande Bauche, mais c'est sans doute leur fille, Marguerite, mariée à Thomas de BIRE, qui fera construire les bâtiments tels qu'on peut les voir au cadastre de 1826. Seul le logis actuel date de cette époque. Le domaine restera ensuite lié au nom De BIRE jusqu'en 1801.

          A cette date, Marie Magdelaine De BIRE, (née près de Brest, d'un des enfants de la Marionnière, Pierre de BIRE,) a épousé Jean-Marie Angélique SIOC'HAN de KERSABIEC et vient s'installer à Pont Saint Martin. Neuf enfants naissent de cette union.
Né en 1769 à Roscoff, Jean-Marie Angélique est militaire. Il a combattu pour Louis XVI, puis avec l'Autriche, contre la Révolution, puis avec De Charrette dans les Guerres de Vendée. Arrêté, il est condamné à la déportation, mais sauvé grâce à l'intervention de Pierre de BIRE, dont il épouse la fille.

Pendant l'Empire, il devient maire de Pont Saint Martin (1808-1816), mais reprend du service dans l'armée avec le retour des Rois. En désaccord avec Louis XVIII, il quitte l'Armée et se retire à Nantes. C'est son fils Edouard qui occupe alors la Marionnière et devient maire de la commune (1826-1830)

 

Charles X succède à Louis XVIII . Son fils , le Duc de Berry, ayant été assassiné, c'est son petit-fils , le duc de Bordeaux, que l'on prépare à devenir Roi. Mais l'on confie son éducation à son cousin, Louis Philippe en désaccord total avec la mère de l'enfant, la Duchesse de Berry.

Lors de la Révolution de 1830, Charles X doit abdiquer et s'enfuir. Il pense que le petit prince, va pouvoir prétendre à devenir Henri V, mais sa mère doit pour cela le quitter. La Duchesse refuse de se séparer de son fils, craignant pour sa vie, et s'enfuit avec lui en Angleterre.

Louis Philippe devient Roi des Français

 

          Dès 1831, la Duchesse de Berry croit qu'elle peut reconquérir le pouvoir pour son fils. Elle débarque en Provence, espérant le soulèvement des provinces en sa faveur.

De son côté, le Baron de Charrette en exil en Ecosse, arrive clandestinement à la Marionnière pour organiser le retour de la Duchesse. Tout le territoire étant étroitement surveillé par la police du Roi, il doit passer une nuit dans le lierre touffu d'un chêne, avant de partir vers St Colomban. Ce chêne existe peut être encore, il y en a un face au château qui pourrait lui ressembler.

Pendant six mois, toute la famille de Kersabiec sera engagée dans ce complot. La Duchesse de Berry passera une nuit à la Haute Ménantie, avant de rentrer dans Nantes, guidée par Eulalie de Kersabiec (Petit Paul). Elle sera finalement arrêtée en novembre 1832 et conduite en prison à Blaye.

        Jean Marie Angélique décède en 1840 et est enterré à Pont Saint Martin

Son fils Edouard, échange la Marionnière avec sa sœur Hélène mariée à Adolphe de BIRE . Il part à Treillières où il est élu maire.

         En 1857, la propriété de la Marionnière est vendu à Gustave MACE de la BARBELAIS qui transforme tout. Il fait raser les bâtiments annexes, fait rénover la partie d'habitation, lui donnant son aspect actuel, et fait construire la ferme dans le verger.

C'est dans cette ferme que vous êtes actuellement.

        Après le décès des MACE de la BARBELAIS, le domaine est vendu à Monsieur POISSON,grand père de l'actuelle propriétaire.

Pendant la seconde guerre mondiale, Pont st Martin étant proche de l'aéroport les allemands « occupaient» le château.

         Des avions anglais et allemands furent abattus autour de la propriété, Bernard Poisson habitant  la Marionnière  confirma le crash du 8 mai 1941, mais aussi le second crash qui a eu lieu le 4 février 1941. Dans les 2 cas, c'est lui qui est allé sur les endroits pour récupérer les objets personnels des différents aviateurs qui ont été remis à l'ambassade anglaise après la guerre. Selon ses souvenirs le premier crash est un bombardier allemand qui est situé près de la ferme en novembre 1940.

Le deuxième crash le 4 février 1941, il s'agit d'un Hampdem.

Le troisième crash le 8 mai 1941.

Le quatrième crash le 4 juillet 1943.